Header widget area left
Header widget area right

Déclinaison du plan climat énergie dans le secteur du logement : le cas de Paris

par Ilhame Radid

09 13, 2016 | dans développement durable, Développement Territorial, Environnement | 0 Commentaires

La question d’une réduction des consommations d’énergie dans le domaine du logement est un aspect crucial de la lutte contre le changement climatique engagée par la ville de Paris : la capitale compte près de 1,3 million de logements ; son secteur résidentiel est responsable de 35% de la consommation énergétique de la ville et la facture énergétique s’élève à un milliard d’euros pour les Parisiens.

Là encore, les objectifs sont tout à la fois sociaux, environnementaux et économiques. L’engagement de la ville de Paris en faveur du développement durable est ancien. Ainsi, en 1980 a été créé le service technique de l’énergie et du génie climatique, qui a notamment réalisé un audit énergétique des bâtiments appartenant à la ville.

En 2007, le conseil de Paris a adopté un plan climat énergie qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre du territoire parisien de 75% en 2050 par rapport à 2004. Ce plan a été réactualisé en 2012. En matière de logement, l’objectif principal pour le secteur résidentiel est de réduire de 25% les consommations énergétiques d’ici 2020. Il s’articule autour de trois axes principaux : l’amélioration du parc social, l’incitation en direction de l’habitat privé et la végétalisation des toits et murs de Paris.

La rénovation du parc social

En matière de lutte contre le réchauffement climatique, le plan climat énergie fixe comme objectif une réduction des consommations énergétiques du parc social de 30% d’ici 2020 par rapport à 2004. Cet objectif est plus ambitieux que celui existant à l’échelle nationale. Quatre grands thèmes d’action peuvent être distingués.

Il s’agit tout d’abord d’encourager une meilleure collaboration entre les différents acteurs du secteur du bâtiment. Comme l’indique le Carnet Logement, volet du plan Climat énergie, « pour atteindre une haute performance énergétique des bâtiments, en construction comme en rénovation, il est nécessaire que l’ensemble des acteurs du bâtiment conjuguent leurs efforts et apportent des solutions techniques à la hauteur de l’enjeu. De l’artisan au maître d’ouvrage, tous les acteurs se voient confrontés à la nécessité de faire évoluer leurs métiers et de s’ouvrir à de nouvelles technologies ». À cet égard, la ville de Paris a organisé depuis 2010 un réseau des bailleurs afin de partager les retours d’expérience en matière de développement durable et de construction. Un acteur essentiel du bâtiment trop souvent négligé est le locataire. Or, il joue un rôle essentiel pour permettre une diminution de la consommation énergétique. C’est pourquoi la ville de Paris, en partenariat avec l’Agence parisienne du climat, soutient les bailleurs sociaux dans leurs actions d’informations des locataires sur les usages adéquats à adopter après travaux.

La rénovation du parc existant représente également un défi majeur. Le parc social de la ville comptait au 1er janvier 2012 près de 200 000 logements sociaux au sens de la loi SRU. La ville de Paris a fait réaliser une étude en 2010 sur les caractéristiques de son parc social. Plus des trois quarts du parc ont été étudiés. Il en ressort que 83% de celui-ci a une étiquette climat appartenant aux catégories D à G (de 151 à plus de 450 kWh/m²/an) et que 30% des logements étudiés peuvent être qualifiés de particulièrement énergivores (catégories E, F et G). Si l’on s’intéresse à la consommation équivalente de kilogramme de CO2 par mètre carré et par an, l’impact est encore plus lourd. En effet, près de 57% des logements étudiés appartiennent aux catégories E, F ou G. C’est pourquoi la ville de Paris soutient depuis 2006 les bailleurs sociaux dans leurs démarches de rénovation du parc social. Sur la période 2014-2020, l’effort financier de la ville sur ce seul point va être porté à un milliard d’euros. Ian Brossart, adjoint à la maire chargée du logement et de l’hébergement d’urgence, a souligné à ce sujet la nécessité d’une concertation avec les locataires avant d’entreprendre des travaux de rénovation. Cette concertation est organisée par les bailleurs sociaux. Elle est essentielle : l’expérience montre que, faute de concertation et d’une communication efficace, les locataires rejettent le projet de rénovation.

L’Ingénierie sociale, pour une rénovation efficiente

Un Appui à la maîtrise d’œuvre auprès des locataires, levier indispensable à la réalisation des travaux de rénovation et l’atteinte du Plan Climat Energie. Une méthode qui consiste à être au plus près des habitants, au cœur de la problématique des questions énergétiques.

Un diagnostic de chaque locataire est proposé par les équipes d’A3E, dont l’objectif est d’accompagné et d’apporter une expertise sociologique du site à rénover.

– Connaissance de la population : lors des enquêtes sociales menées en amont du projet, elles prennent les premiers contacts avec les habitants et enregistrent les situations et les demandes de toutes les familles ;

– Information et accompagnement des habitants : il s’agit à la fois d’expliquer ce qui va changer et d’aider les occupants à se projeter dans l’avenir.

A3E privilégie les démarches participatives et interactives impliquant tous les acteurs concernés par l’animation de travaux en atelier, de réflexions partagées et de séminaires, d’aide à l’élaboration collective de projet, d’accompagnement d’instances publiques ou associatives et de mise en place de comité de pilotage. Dans ce cadre des solutions d’actions sont proposées pour la gestion efficace du programme de rénovation entamé par le Bailleur.

A3e Proche des questions sociétales, environnementales et des populations, a3e réalise des missions d’étude, de diagnostic, d’évaluation, d’accompagnement à la mise en œuvre, d’aide à la décision, d’appui opérationnel, d’accompagnement social, de concertation de communication avec les usagers, de coproduction de projets et plan d’actions partagés.

 

facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Laisser un commentaire



Répondre

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

S'inscrire à la Newsletter et recevoir les nouveaux articles

Articles récents